tumblr_msyixi0CT61sgk630o1_r1_540

Dans la mouvance riot grrrl, Voodoo Queens fait un peu office d’exception. Emmenée par Anjali Bhatia, le groupe est entièrement constituée de femmes : Ella Drauglis à la guitare, Stefania Lucchesini à la batterie, Anjela Bhasker à la basse et Rajru Bhatia au clavier. Après seulement un concert, John Peel, célèbre animateur de la station Radio 1, leur offre une session, le 22 janvier 1993. Leur carrière est lancée. Puis les filles ne tardent pas à signer un contrat avec le label Too Pure, et enregistrent Supermodel Superficial dans la foulée, qui se hisse à la tête des charts indés.

tumblr_mugtvxV1vH1rpkp97o1_500

Anjali Bhatia, la front girl du groupe, n'en est pourtant pas à son premier coup d'essai. C'est dans les 90s qu'elle commence sa carrière, après avoir été la go go danseuse des Cramps. D'abord membre des Mambo Taxi, elle fonde les Voodoo Queens en compagnie d'une ancienne rescapée de la formation riot, Ella Drauglis. Mais l'aventure Voodoo se conclue rapidement et après la dissolution du groupe, Anjali se lance dans d'autres projets. Ayant touchée à la composition de plusieurs singles et un album au sein de ce groupe punk féminin, dont Kenuwee head en 1993 et Chocolate Revenge en 1994, Anjali décide de poursuivre sa carrière seule, et réalise quatre singles : MaharaniJu JuAquila, et Feline Woman, qui seront rassemblés ensuite sur Sheer Witchery, une compilation produite et réalisée par le label de musique Wiiija Records. Elle sort trois autres albums, et continue sa carrière en tant que DJ (le style d'Anjali est aujourd'hui plus proche de la mouvance electro). De son expérience au sein des Voodoo Queens, elle regrettera l’attitude des critiques musicaux vis-à-vis de ses origines indo-pakistanaises, associant sa formation à celle de Cornershop, négligeant les spécificités et le contenu de ces groupes au profit de leur culture.

tumblr_n15rnpv5hO1sgk630o1_r1_540

Quant à Drauglis, aka Guru, l’artiste rejoint en 1999 le mouvement d’art stuckiste, fondée la même année par Billy Childish et Charles Thomson. Prônant une peinture figurative en réaction à l’art conceptuel (et particulièrement à celui des Young British Artists, soutenus par Charles Saatchi), les stuckistes sont particulièrement connus pour leurs manifestations. On se souvient notamment de celle qui s’est déroulée à l’extérieur du Tate Museum, contre le prix Turner (à laquelle Ella a participé). Affublés de costumes de clowns la plupart du temps, ils tournent en dérision les institutions artistiques en place. A cela s'ajoute le conflit avec Charles Saatchi, lorsqu'ils ont lancé une action contre ce dernier auprès de l’Office of Fair Trading, afin de dénoncer le pouvoir déloyal dont il jouissait à l'époque dans le monde de l’art. Les stuckistes ont également contribué en 2000 à la divulgation publique d’informations relatives à l’achat d’une œuvre d’art de Chris Ofili par la Tate Gallery, pour une somme exorbitante, alors qu’Ofili était membre du conseil des curators du musée durant cette transaction.

2000_Stuckist_Turner_demo_(2)

D’abord membre de Mambo Taxi auprès d’Anjali, Ella est réputée pour son style de vie assez peu conventionnelle. Née aux Etats-Unis, la jeune femme se dirige très tôt vers une carrière artistique en intégrant la Columbus College of Art and Design. Mais dégoûtée par l’omniprésence de l’art conceptuel qu’elle abhorre au plus haut point, Ella rejoint la Ohio State University, plus en adéquation avec ses aspirations, et où elle reçoit de nombreuses récompenses pour son travail. 

tumblr_mj31r7m51i1r94vvxo1_540

Dès 1990, Ella gagne sa vie comme go go dancer et strip teaseuse, puis voyage en Afrique et en Inde. Elle se pose à Londres, où elle s’établie comme serveuse, puis en 1996, décide de se rendre en Lituanie à vélo. S’ensuit une carrière de web designer, un mariage avec Sexton Ming (membre fondateur du Medway Poets), un bébé, et quelques fessées données à l’intention d’hommes habitués des clubs fétichistes.