tumblr_ndvbo38tLb1rt4x7po1_1280

Lillian Schwartz est connue pour être une pionnière de l’art digital. Dès les années 60, elle devient membre du Experiments in Art and Technologies avant de réaliser en 1968 une sculpture cinétique, Proxima Centauri, qui se retrouve exposée au Musée d’art moderne de New Yorkdans le cadre de son événement The Machine as Seen at the End of the Mechanical Age. Mais c’est dans les années 70 que Lillian Schwartz utilise vraiment les ordinateurs comme instrument artistique, dès son entrée dans les laboratoires Bell.

En 1975, avec l’aide de Kenneth Knowlton (lui aussi pionnier de l’art digital), ils réalisent les premiers films travaillés à partir d’ordinateur : Pixillation, Olympiad, UFOs, Googolpex, Apotheosis, Affinities, Kinesis, Alae et Metamorphosis. Ses travaux autour du graphisme, de la vidéo, de l’animation et des effets spéciaux la placent comme un élément essentiel de l’entreprise Bell.

En parallèle, Schwartz contribue à la recherche scientifique dans les domaines de la perception de la  couleur et du son, ainsi que dans le champ de la restauration d’œuvres d’art.

tumblr_nbup56fsQ61tfkgk6o1_1280

Son travail a été présenté à la Biennale de Venise ainsi qu’au festival de Cannes. Elle s’est vue par ailleurs remettre plusieurs prix, dont un oscar en 1980 pour ses effets spéciaux dans le film The Lathe of Heaven. Outre sa présence au MOMA, Lillian Schwartz a également été exposée au Moderna Musset de Stockholm, au Centre Pompidou et au Grand Palais à Paris, ainsi qu’au Stedlijk Museum of Art d’Amsterdam.

tumblr_nbup56fsQ61tfkgk6o4_500

tumblr_mxbycdkDrY1sh18ybo1_1280

tumblr_m5vi6f6imn1qav3uso6_r1_400tumblr_m5vi6f6imn1qav3uso7_r1_400tumblr_m5vi6f6imn1qav3uso1_400tumblr_m5vi6f6imn1qav3uso2_r1_400